samedi 28 février 2009

Portrait in jazz - Bill Evans trio

Bill Evans Trio "portrait in jazz" 1959



En 1959 Bill Evans (piano) réunit sous son nom  un trio de choc: Scott LaFARO à la contrebasse et Paul Motian à la batterie. 
A la toute fin de l'année ces trois là rentrent en studio à New-York rajouter une pierre à l'édifice du jazz modal.  
Trop à l'étroit, n'y tenant plus, Scott Lafaro quitte le carcan de la walking bass et vient jouer des coudes avec le soliste. Il est rapidement suivit par Paul Motian. L'équilibre du trio s'en trouve profondément modifié puisqu'il comprend maintenant trois solistes.
A l'avenir, il sera difficile pour un trio de jazz de faire semblant de rien.

Coté répertoire portrait in jazz ne comprend qu'une  seule composition originale de Bill Evans: peri-scope et une autre co-écrite avec Miles Davis: Blue in green. 

Le reste de l'album montre un fort appétit pour les adaptations  de chansons populaires.
En vrac on y trouve un titre de la comédie musicale "St Louis Woman" (1946) de Johnny Mercer: Come rain or come shine. Un morceau très en vogue en 1959. Les jazz messengers (Moanin') , Ray Charles (the genius of Ray Charles) et Jack Kerouac (Kerouac read "on the road") en enregistrent chacun une version. On y croise également un morceau de la Bande originale de blanche neige et les sept nains adapté par Dave Brubeck en 1957: Someday my prince will come (Morey-Churchill 1937) et une adaptation de la chanson "when i fall in love" de Victor Young et Edward heyman et enfin "les feuilles mortes" de Kosma (1947) adapté par Johnny Mercer (1949): Atumn leaves



samedi 14 février 2009

Anthony Hamilton


Anthony Hamilton "the point of it all"

Croisé l'année passée 
sur l'immense Lay it down 
le voici à nouveau sous son nom
loin du R & B qui sent le plastique
Anthony Hamilton
fait couler dans sa musique
des litres de sueur
et nous donne à écouter
une authentique soul contemporaine 



jeudi 12 février 2009

Uranium le scandale de la France contaminée

La bande annonce de l'émission

Les mines d'uranium françaises en accusation

Avant même sa diffusion, mercredi 11 février, sur France 3, le magazine 
"Pièces à conviction" aura mis en émoi le monde du nucléaire. Intitulée Uranium, le scandale de la France
contaminée, cette enquête décrit les lacunes entourant la gestion, par

Areva, des 210 sites miniers d'uranium français, dont le dernier a fermé en 2001. Les 166 millions de tonnes de "stériles" (roches à trop faible teneur en uranium pour être exploitées), mais aussi les 50 millions de tonnes de résidus issus des usines d'extraction, stockés sur 17 sites miniers, constituent un héritage encombrant.

L'émission décrit des situations

préoccupantes : utilisation de stériles radioactifs comme remblais dans des zones fréquentées par le public ; fuites dans l'environnement de radioéléments issus des résidus ; construction sur des zones "réhabilitées" de bâtiments qui se révèlent contaminés au radon, un gaz radioactif... Le documentaire s'interroge aussi sur l'état de santé des mineurs chargés de l'extraction des roches radioactives : les décès par cancer du poumon sont 40 % plus élevés que dans une population comparable, et ceux par cancer du rein deux fois plus nombreux.

COMPTEURS GEIGER

L'enquête s'appuie notamment sur le travail de fourmi de particuliers qui, armés de compteurs Geiger, arpentent les environs des anciennes mines pour identifier les zones où les stériles ont été réutilisés par des entrepreneurs de travaux publics. Elle s'est aussi beaucoup nourrie de l'expertise de la Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité (Criirad), un laboratoire de mesure indépendant.

Les associations ont obtenu quelques

succès. Autour du site des Bois-Noirs (Loire et Allier), Areva a dû traiter plusieurs sites où des bâtiments, construits sur des remblais radioactifs, présentaient des taux de radon alarmants. Mais elles ont aussi perdu des batailles, comme en 2005, lorsque Areva, accusée de polluer l'environnement dans le Limousin, a été mise hors de cause par la justice.

Bruno Chareyron, directeur scientifique de la Criirad, est las de ce jeu du chat et de la souris. Il réclame une réglementation nationale fixant un niveau de risque résiduel acceptable. Il estime que, même s'il s'agit le plus souvent de "très faibles doses", les méthodes de mesure et les seuils retenus par l'administration ne sont pas adéquats. Ses préconisations ? Informer le public de la présence de ces matières radioactives ; se donner les moyens de conserver sur le long terme les informations concernant les sites ; traiter ceux-ci, "sachant que leur responsable, Areva, est connu et solvable".

Coïncidence ? Quelques jours avant la

diffusion de "Pièces à conviction", l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) a mis en ligne une base de données sur les sites miniers incriminés. L'IRSN a aussi publié, lundi 9 février, un rapport sur les anciens sites miniers du Limousin. A partir de 1984, la Cogema (dénomination antérieure d'Areva) a mis en place un système visant à encadrer l'utilisation des stériles, interdisant leur usage dans les bâtiments. Cette démarche "pertinente", note l'IRSN, présentait des limites : "Manque de précisions concernant certaines cessions, absence de vérification sur les lieux de réutilisation en particulier." Pour la période antérieure, la situation est plus nébuleuse."Jusqu'à présent, nous

n'avons pas trouvé de situation de danger immédiat ou majeur", rassure André-Claude Lacoste, "patron" de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN). Il note que les résidus seront incorporés au prochain Plan national de gestion des matières et déchets radioactifs. Quant aux stériles, ils constituent selon lui un problème "plus diffus", pour lequel la "mémoire locale" devra être mise à contribution.

Pour sa part, Areva, qui avait saisile Conseil supérieur de l'audiovisuel contre une émission supposée "à charge", se défend de négliger ces questions. "On n'est pas dans le caché, dans le non-su", assure Yves Dufour, porte-parole des activités minières du groupe. Il en veut pour preuve la mise en place, dans le Limousin, d'un groupe d'expertise pluraliste (GEP), qui étudie la situation depuis 2006.

Yves Marignac, directeur de Wise-Paris, un expert peu suspect de complaisance vis-à-vis du nucléaire, participe activement au GEP, et note que celui-ci constitue en effet une "première". Mais pour les résidus, "il est encore trop tôt pour dire si nous pourrons dégager des solutions satisfaisantes à long terme pour ces sites, lorsque l'exploitant s'effacera", dit-il.

Uranium le scandale de la France contaminée 1/6



"Pièces à conviction" diffusée sur France 3 le 11 février 2009

Uranium le scandale de la France contaminée 2/6



"Pièces à conviction" diffusée sur France 3 le 11 février 2009

Uranium le scandale de la France contaminée 3/6



"Pièces à conviction" diffusée sur France 3 le 11 février 2009

Uranium le scandale de la France contaminée 4/6



"Pièces à conviction" diffusée sur France 3 le 11 février 2009

Uranium le scandale de la France contaminée 5/6



"Pièces à conviction" diffusée sur France 3 le 11 février 2009

Uranium le scandale de la France contaminée 6/6



"Pièces à conviction" diffusée sur France 3 le 11 février 2009

samedi 7 février 2009

Mangé pou le coeur


Alain Péters "vavanguer"




Mangé pou le coeur (Alain Péters)

Mi s'ar su chemin
Mi vois coups coups d' cognes na plein
Qui coté zot y vient ?
Partout mi sava
Tout ça mi comprends pas
Na trop wati-watia
Tout le wati-watia,
Tout ' zot wati-watia

Oh ! qui l'est ou là d'dans
Oh ! qui l'est ou mon frère
Oh ! qui l'est ou là quand
Tu vois moins l'est misère

Deux-trois néna plein,
Deux-trois na point rien
Tout' i mange zot' douleur
Des fois ti demande
Mamman pou qoué à moins i pleure
Carri na point pou l' coeur

Partout i fait noir ,
Mi enterre pas l'espoir
Tout' l' temps soleil levé
Z'oiseaux la chanté
Moin si moin va chanter
Même l'est dur ma chanter,
Si l'est dur ma chanter
Même l'est dur ma chanter


Dix ans après une première compilation,
le label Takamba revient sur l'oeuvre du poète Réunionnais
et livre une intégrale augmentée de documents vidéos
Avec beaucoup d'efforts et de concentration
on peut,
peut être,
ne pas se laisser envoûter








rest' la maloya, hommage à Alain Péters

En 2003,
les proches d' Alain Péters:
Loy Erlich, Joel Gonthier, René Lacaille, Bernard Marka Titik Vellaye et Danyel Waro
montent sur scène lui rendre hommage.
Et nous laissent ce magnifique enregistrement


jeudi 5 février 2009

Changing Marina baie des anges


Berenice Abbott steidl 2008 2 volumes


Les métamorphoses de Paris
deuxième partie des années 20 
Berenice Abbott 
assiste 
Eugène Atget 


1929 de retour 
Berenice Abbott
photographie
la métamorphose  
de New-york 

1939 parution du livre
"changing New-York"
 







2009 porte de Versailles et ailleurs 
les socialistes de la fédération de Paris 
vantent comme modernes 
les tours 
ces contemporaines des locomotives à vapeur 



Marina baie des anges, modèle de la future porte de Versailles ? 

mercredi 4 février 2009

mardi 3 février 2009

COMITE DE SOUTIEN DE YVES CUSSET, SOPHIE FOCH-REMUSAT, PIERRE LAURET


COMITE DE SOUTIEN DE YVES CUSSET, SOPHIE FOCH-REMUSAT, PIERRE LAURET

Pour la liberté d’expression et parce qu’il est légitime de dire ce qu’on pense devant l’inacceptable ;

Pour la poursuite des échanges intellectuels et universitaires entre pays francophones malgré une politique d’immigration qui a de plus en plus de mal à dissimuler sa profonde xénophobie ;

Solidaires avec tous les « sans papiers » injustement pourchassés emprisonnés et expulsés ;

Nous soutenons Yves Cusset, Sophie Foch-Rémusat et Pierre Lauret, les trois professeurs de philosophie qui se rendaient le 16 décembre 2008 à Kinshasa (République Démocratique du Congo) afin d’y participer à un colloque universitaire sur « La culture du dialogue et le passage des frontières ».  Pour avoir pacifiquement témoigné et discuté avec d’autres passagers de l’injustice des conditions de l’expulsion de trois « sans papiers » dans l’avion qui les y conduisait, Pierre Lauret a d’abord été  violemment débarqué de l’avion par la police ; puis à leur retour le 22 décembre, Yves Cusset et Sophie Foch-Rémusat ont été arrêtés. Tous trois ont été placés en garde à vue. Pierre Lauret est convoqué le 4 mars au Tribunal de Grande Instance de Bobigny pour comparaître devant un procureur. Yves Cusset et Sophie Foch-Rémusat feraient l’objet d’une enquête préliminaire.

Nous protestons contre ces arrestations et ces gardes à vue arbitraires.

Nous dénonçons l’atteinte aux libertés publiques que représente l’assimilation du simple fait de poser des questions à la police à un véritable délit d’opinion. Nous demandons que l’action pacifique des trois philosophes ne fasse l’objet d’aucune sanction judiciaire. 

La pétition et le site du comité de soutien 

lundi 2 février 2009

Shaolin temple defenders


Shaolin temple defenders "chapter II the spirit"

Voilà des conservateurs
qui s'assument en AOC
surtout ne pas bouder son plaisir
de les voir sur scène
Le 03 février c'est 
au New Morning
autant dire dans le temple
cocorico !