mardi 31 mars 2009

Mingus Ah Um - Charles Mingus


Charles Mingus "Blues and roots"


Au début de l'année 1959  Mingus part chez le coiffeur se faire rafraîchir puis se faire tirer le portrait par Lee Friedlander.  
Tout juste rasé de près, il rassemble ceux qui vont constituer le noyau dur de son groupe pour l'année: John Handy (sax alto), Jackie MacLean  (sax alto), Booker Ervin (sax ténor),  Jimmy Knepper ( trombone),Willie Dennis trombone, Horace parlan (piano) et Dannie Richmond (batterie).
Avec cinq compositions originales et une reprise de Moanin' (Bobby Timmons 1958) Mingus met en orbite un album qui est passé dans le milieu du jazz aussi inaperçu que l'élection de Barack Obama: Blues and roots. 

                    


Au mois de mai, il remet le couvert avec un album composé de neuf  compositions originales: Mingus Ah Um
open Letter to duke est un hommage à Duke Ellington son idole de toujours, 
Good bye pork pie hat est un hommage à son ami Lester Young décédé un mois plus tôt et 
fables of Faubus est une diatribe contre le gouverneur Orval Faubus. N'écoutant que son courage, la compagnie Columbia a censuré la partie chantée. Il faudra attendre l'année suivante  pour que Fables of Faubus soit réenregistré dans son intégralité pour le label indépendant candid.

Oh, Lord, don't let 'em shoot us!
Oh, Lord, don't let 'em stab us!
Oh, Lord, don't let 'em tar and feather us!
Oh, Lord, no more swastikas!
Oh, Lord, no more Ku Klux Klan!

Name me someone who's ridiculous, Dannie.
Governor Faubus!
Why is he so sick and ridiculous?
He won't permit integrated schools.

Then he's a fool! Boo! Nazi Fascist supremists!
Boo! Ku Klux Klan (with your Jim Crow plan)

Name me a handful that's ridiculous, Dannie Richmond.
Faubus, Rockefeller, Eisenhower
Why are they so sick and ridiculous?

Two, four, six, eight:
They brainwash and teach you hate.
H-E-L-L-O, Hello.

"Oh Seigneur, ne les laisse pas nous abbattre/
Oh Seigneur, ne les laisse pas nous poignarder/
Oh Seigneur, ne les laisse pas nous rouler dans le goudron et les plumes/
Oh Seigneur, plus de croix gammées!/
Oh Seigneur, plus de Ku Klux Klan!/

- Cite-moi quelqu' un de ridicule?/
-Le Gouverneur Faubus/
- Pourquoi est-il malade et ridicule?/
- Il s' oppose à l' intégration scolaire [des noirs]/
- Alors, c'est un dingue/
A Bas les nazis, les fascistes, ceux qui se croient supérieurs/
A Bas le Ku Klux Klan/

- Cite-m' en quelques-uns qui sont ridicules/
- Faubus, Rockfeller, Eisenhower/
- Pourquoi sont-ils à ce point malades et ridicules?/
- Deux, quatre, six, huit. Ils vous lavent le cerveau et vous enseignent la haine."



Charles Mingus "Mingus Dynasty"

Rien ne semble devoir freiner Mingus. Au mois de novembre, il retourne en studio et en deux séances il enregistre six nouvelles compositions et deux reprises de Duke Ellington (this ain't what they used to be et mood indigo)
Parmi ses vingt compositions de l'année les futurs standards se ramassent à la pelle.
John Cassavetes "shadows"

Le trouvant certainement désoeuvré, John Cassavetes sollicite Mingus pour participer à la musique de son premier film: shadows 

 

2 commentaires:

J. Blottiere a dit…

Super article, merci pour ces éclairages.

J.B.

ital corner a dit…

Et voici un billet qui permet d'en savoir plus sur le gouverneur de l'Arkansas: Orval Faubus

http://lhistgeobox.blogspot.com/2008/04/charles-mingusfable-of-faubus.html